Sud Ouest du 7 février 2020

Sud Ouest du 7 février 2020

Basket-Ball Nationale 3 Masculine (15e Journée)

C’est le Crunch du Basket

Frédéric Bellette.

CASTELNAU-MEDOC / SAINT MEDARD EN JALLES.

La rivalité entre les deux clubs girondins a de beaux jours devant elle. Les deux présidents l’évoquent sans langue de bois. Alors, place au jeu !

Michel Tresmontan (à gauche), le président Médocain, et Laurent Chiboust, celui des Poudriers, se retrouvent ce soir pour un derby toujours passionné. Photo S.O.

Samedi soir, la salle Canterane de Castelnau va afficher complet avec une belle effervescence à la clé. « Le derby est très prisé. Ce sera l’attraction du week-end avec la venue de Saint-Médard et de ses supporters. Le match promet d’être beau, » lance Michel Tresmontan, le président Médocain qui espère que ses tropes vont prolonger leur invincibilité à domicile et leur série de six victoires consécutives.

Une de plus que les Poudriers de son homologue, Laurent Chiboust. « Une victoire supplémentaire nous permettrait de remonter vers l’équipe de Castelnau qui est la première girondine au classement », souligne ce dernier qui verrait d’un bon œil que ses joueurs prennent leur revanche du match aller, perdu à domicile (64-69). La pression monte au travers les réseaux sociaux, les SMS ou les conversations. Car, dans les deux camps on se connait bien.

Les deux équipes rêvent de N2

Les deux entités sont les meilleurs rivales de notre département en Nationale 3. Même si chaque président affirme que son club a beaucoup de respect pour l’adversaire. « Depuis que je suis président, je n’ai de cesse que l’on respecte les autres notamment Castelnau avec qui nous arrivons à œuvrer. Malgré notre rivalité en N3, » souligne Laurent Chiboust dont les propos sont corroborés par Michel Tresmontan qui reconnait les efforts de son homologue pour redonner à Saint Médard son lustre d’antan.

« Avec son équipe dirigeante, ils travaillent beaucoup. Et même si Laurent ne me le dis pas, je suis certain que dans un coin de sa tête, il aimerait bien monter en N2… » Un niveau que les deux clubs ont connu à des époques différentes et sans grands succès. Alors pourquoi ne pas lier les destinées de Castelnau et de Saint Médard pour bâtir un grand club derrière les JSA Bordeaux ? La question a le même effet qu’un dunk du regretté Kobé Bryant claqué sur la tête de ses adversaires.

Les hautbois ne jouent plus une douce mélodie pas plus que les musettes ne résonnent. La grande symphonie du basket girondin n’est pas au programme. Les partitions jouées font la part belle aux solistes. « Il y a quelques années, du temps de la N2, le président de l’époque (Emmanuel Meffray ; Ndlr) me l’avait proposé. Je ne pense pas que soit opportun. Ça enlèverait les charmes de la rivalité saine avec deux clubs au sommet de la N3, » argumente Michel Tresmontan.

Respecter l’adversaire.

« Dans la structure actuelle du basket girondin, je ne suis pas certain qu’il faille beaucoup de club à haut niveau. Pour le moment avec les bénévoles qui m’entourent, nous nous efforçons de structurer le club. Ensuite, s’il y a des choses à faire, nous verrons, » répond en écho Laurent Chiboust. Les derbys entre Médocains et Poudriers semblent donc avoir encore de belles heures devant eux. Les joueurs sont prévenus. Certes il faut respecter l’adversaire. Mais pas trop ! L’honneur de leur club est en jeu.

Car les deux formations peuvent encore prétendre mathématiquement, à la place de leader qui leur permettrait de s’inviter seul, à l’étage supérieur. Alors place aux roulements de tambours et aux sonneries des trompettes, l’épisode 2 – de la saison 2019/2020 – du derby girondin peut commencer….

Le Match Castelnau Médoc – Saint Médard en Jalles, demain à 20 heures, salle Canterane à Castelnau Médoc

Laisser un commentaire